Communication et postulats : références des approches de PluriConseils

Les pédagogies mises en œuvre et les démarches de la relation interpersonnelle sont fortement imprégnées des postulats de la PNL. La PNL fait partie des approches de la psychologie humaniste.

Ceux-ci se réfèrent principalement aux travaux de communication de l’école de Palo Alto, ainsi qu’aux fondamentaux cliniques de Carl Rogers.
L’université de Palo-Alto est souvent représentée par Grégory Bateson, Jay Haley, William Fry et john Weakland. Par ailleurs les nombreux travaux de l’université ont été inspirés des approches de Milton Erickson ainsi que de la définition de la PNL par Richard Bandler et John Grinder.

Nos postulats :

Nos points d’appui dans la relation interpersonnelle :

Synchronisation sur le système de perception, visuel, kinesthésique et auditif : se synchroniser, c’est adopter le mode de communication de son interlocuteur.

Mode d’écoute et de reformulation centré sur l’autre, ignorant les conditionnement et références personnelles.
Le tri sur soi consiste à trier les informations selon nos propres filtres, nos propres valeurs, nos propres expériences, et d’argumenter pour tenter d’imposer consciemment ou inconsciemment notre vision, nos valeurs, notre jugement.
En pratiquant le « tri sur l’autre », on cherche à donner du sens en utilisant des perceptions qui ne nous sont pas familières, et qui échappent à nos propres filtres. On dispose alors d’une information « à la source », très pure puisqu’elle nous parvient directement.

Cette technique consiste à reformuler ce que dit l’interlocuteur afin de valider la compréhension et ainsi confirmer ou infirmer les sens des mots. En PNL, l’approche consiste à reprendre ce que l’autre vient de dire, mais avec SES mots.
En effet, comme chacun a sa propre vision du monde et le décrit avec ses mots, mes mots ne vont pas forcément avoir la même signification pour mon interlocuteur. Dès lors, si mon objectif est de créer un climat de confiance, favorable à une communication de qualité, il semble plus efficace d’utiliser son référentiel.

C’est le témoignage physique de l’écoute permettant d’accentuer la boucle de feed-back. L’écoute active permet de construire une relation de communication avec les autres, ce qui assure un échange authentique et une possibilité de développement mutuel. L’objectif de l’écoute active est de recevoir avec empathie et bienveillance l’émotion transmise par son interlocuteur.

C’est un ensemble d’opérateurs verbaux qui permettent de contourner les principales fautes de compréhension, d’interprétation, de sélection ou de distorsion. Le méta-modèle est l’un des outils majeurs de la PNL. L’efficacité de la PNL résulte de la mise en place de procédures de questionnement.

Le premier filtre mis en place par l’individu entre lui et la réalité est construit par les sens. La première étape avant conceptualisation est sensorielle. Nos sens sont constamment mis à contribution. Tout individu connaît cette stimulation sensorielle. C’est l’organisation et le tri des informations qui est personnel à chaque personne : la représentation sensorielle de la réalité. Viendront ensuite conceptualisation, choix, émotions, comportements…

C’est une technique de clarification de problème et d’objectif. Le SCORE permet d’explorer et de clarifier l’espace problème et l’espace solution.
Les lettres S et C respectivement Symptôme et Cause correspondent à l’espace problème. Les lettres O et E respectivement Objectif et Effet correspondent à l’espace solution. La lettre R correspond à l’espace ressource, c’est à dire aux moyens qui permettent de passer de l’espace problème (EP) à l’espace solution (ED). La technique consiste à passer alternativement d’une position dissociée (méta) de réflexion où l’on se pose des questions à l’une des positions associées. On retrouve les questions de la détermination d’objectif. Elle est particulièrement indiquée lorsque l’on souhaite démêler une situation délicate.

On parle de congruence pour un individu, lorsqu’il y a accord ou alignement entre ce qu’il est et ce qu’il montre, verbalement et non verbalement, de lui-même.

Notre approche défend par ailleurs les principes énoncés par la « non directivité » et la congruence de Carl Rogers. Celle-ci permettant l’établissement d’une relation sans jugement et non conditionnée par le modèle du conducteur d’un entretien. (tri sur soi)
Enfin, cette non-directivité est également emprunte d’une empathie nécessaire à la relation afin de créer une « résonance » entre les personnes qui interagissent.

Ces principaux présupposés sont et ne sont que les fondamentaux qui soutiennent notre posture aussi bien de Formateur que celle de Coach. Ils sont des outils perceptifs nous permettant d’interpréter ou justement de ne pas interpréter le contenu d’un échange quel qu’en soit sa nature.

Parallèlement à cet ensemble de présupposés, nous développons notre propre modèle de pédagogie appelée pédagogie de l’Oracle © ….

La pédagogie différenciée de l’Oracle©

La pédagogie différenciée de l’Oracle© projette les participants dans une mission à la fois difficile, ludique, créative et faisant appel à toutes leurs ressources.

L’une des plus grandes puissances de la pédagogie de l’Oracle© tire son énergie dans le fait que nul n’est plus impliqué dans une action ou une tâche que celui qui l’a construite, rédigée, mise en œuvre. L’apprenant est encadré mais non "[sur]assisté".
Le concept s’étend bien au-delà de la formation puisqu’il intègre le management de son contenu auprès des participants. En d’autres termes, la conduite du changement des comportements et donc des pratiques.

C’est dans cette conception de l’intégration des savoirs qu’une véritable appropriation des comportements nouveaux s’autorégule parce qu’elle s’appuie sur un postulat qui bouscule les dogmes en places : "l’apprenant est intelligent, il sait sans le savoir, il suffit de le guider… !"